INSIDE  
  29.05.19
 
   
 
ARTICLES POPULAIRES
 
  INSIDE  
Jean-Pascal Caffi, le contrôleur qui a du cœur
 
  ÉCOLOGIE  
Le parking du Mont-Blanc se met à l’énergie durable !
 
  ÉDITORIAL  
Thierry d’Autheville
Directeur
 
 
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER
 
 
       
  Parking en surface vs souterrain, pour en finir avec les préjugés    
       
     
       
 

Le monde se divise en deux, il y a ceux qui préfèrent se garer en surface et ceux qui préfèrent les stationnements souterrains. Libre à chacun de choisir, ça ne se discute pas ! Mais la rumeur fait courir le bruit que la voirie appliquerait des prix plus bas. Et bien si les préjugés ont la vie dure, les chiffres eux ne mentent pas ! L’étude de marché PARKGEST met plein phare sur le sujet et nuance les « on-dit ».

Une récente étude menée par PARKGEST donne une vue d’ensemble de l’offre des parkings publics en Suisse et à Genève. On y apprend notamment que les prix en zone blanche à Genève sont plus élevés qu’à Zurich mais moins onéreux qu’à Lausanne. Un des points abordés confronte les prix pratiqués au sein de trois de ses parkings souterrains (Arcades, Villereuse et Mont-Blanc) à ceux appliqués en surface. A bien y regarder, les prix sont dans l’ensemble identiques. Toutefois, tout est question de point de vue et surtout d’usage.

À vos calculettes !
Premier point avéré, l’analyse des spécificités du marché des parkings publics révèle qu’au-delà de deux jours de stationnement « le prix est en général plus cher pour les courtes durées et en général moins cher pour les longues durées » ; une donnée bien entendu spécifique aux emplacements souterrains non limités dans le temps. A la lecture de cette étude de marché, on peut aussi affirmer que les disparités entre les prix pratiqués dans les parkings souterrains et ceux appliqués en surface sont minimes mais notables. Les tarifs de la voirie évoluent plus vite au fil des heures qu’en parking pour lesquels les plages horaires sont plus étendues. Par exemple dans le secteur des Pâquis, il faut débourser 2.80 CHF pour 60 minutes sur une place blanche mais 3.00 CHF pour 75 mn au Parking des Arcades, soit 15 minutes de plus pour seulement 20 centimes. Idem pour le secteur des Eaux-vives et de Malagnou au Parking de Villereuse ou encore le Parking du Mont Blanc avec 3.00 CHF pour 70 mn. En zone blanche 76 minutes coûtent 3.60 CHF. Le ratio durée/prix est plus avantageux en sous-sol. Un peu compliqué de vraiment faire la part des choses ? Certes, car dans un cas les prix progressent de façon linéaire et dans un autre, par palier.

En haut ou en bas ?
Mais soyons honnêtes, les deux offres sont finalement difficilement comparables à bien des égards. En haut, les avantages principaux sont la proximité et le paiement digitalisé, en bas la sécurité et le guidage dynamique. L’une est limitée dans le temps (de 30 à 90 minutes de stationnement autorisé selon les zones) et l’autre illimitée et surtout dotée d’un véritable service au client, de plus en plus étoffé et diversifié: abonnement, centre de lavage, offre TPG, bancomat, paiement mobile et digitalisé, etc.

Alors que le nombre de véhicules ne cesse d’augmenter et que les accès aux places en voierie sont conséquemment de plus en plus réglementés, la volonté de rendre l’espace urbain aux piétons, à la mobilité douce ou encore aux espaces verts est la tendance forte de ces 20 dernières années. Zurich et Berne ont été parmi les premières municipalités à montrer l’exemple dans les années 90 en optant pour des parkings en souterrain ou en périphérie du centre-ville. Dans un rapport intitulé « Espaces publics et stationnement – moins de places, plus d’espace ! » daté de 2012, Marie-Claire Pétremand rappelle qu’« une place de stationnement, c’est au moins 10 m2 de terrain. Dans la plupart des ménages, les voitures sont immobiles le 95% du temps. Lorsque le stationnement s’effectue sur la voie publique, il peut être assimilé à une confiscation d’un bien public destiné à tous ». À méditer !

Ajouter votre commentaire

Votre commentaire a bien été transmis à l’équipe Parkgest.
   
       
 
   
   
       
 
 
   
       
In-fluence: Le mensuel genevois de la mobilité citadine - © 2020 Parkgest Tandem Advertising