INSIDE  
  12.03.19
 
   
 
ARTICLES POPULAIRES
 
  INSIDE  
Jean-Pascal Caffi, le contrôleur qui a du cœur
 
  ÉCOLOGIE  
Le parking du Mont-Blanc se met à l’énergie durable !
 
  ÉDITORIAL  
Thierry d’Autheville
Directeur
 
 
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER
 
 
       
  Fresques du Parking du Mont-blanc, de la décoration amusée à la saga graphique    
       
     
       
 

Vous les avez peut-être remarquées, ces grandes fresques décoratives qui habillent les murs du parking du Mont-Blanc. Créées pour ajouter une note artistique à notre navire amiral du centre-ville, elles ont pris la forme d’un feuilleton visuel décalé, dédié à la cité de Calvin, mais aussi à l’univers du parking et de la mobilité.
Un nouvel opus a été posé au niveau -1, le 11 mars, face à la station de lavage. Cette fois, c’est la thématique des services clients qui a été exploitée.
Regards croisés de Thierry d’Autheville, CEO de PARKGEST, et de Yoren Geromin, illustrateur et directeur artistique pour l’agence TANDEM.

 

Thierry d’Autheville

Quelle était la motivation initiale du projet ?
Il s’agissait d’apporter des éléments de décoration dans cet univers souterrain souvent considéré comme anxiogène. L’architecture de l’ouvrage datant des années 70, avec des plafonds bas, nous avons exploité la surface disponible pour cet exercice : les murs. Cette volonté d’embellissement ne date pas d’aujourd’hui : à une certaine époque, des vitrages décoratifs avaient été placés aux sorties piétons.

Quel était le cahier des charges remis à l’agence ?
Je souhaitais valoriser la rade de Genève et ses éléments caractéristiques et spectaculaires. Je considère que c’est l’une des plus belles rades au monde et j’ai donné carte blanche à l’agence TANDEM pour réaliser le projet. Nous sommes partis sur deux dimensions disponibles, à savoir 34 m pour la fresque #1 et 26 m pour la #2.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce concept visuel basé sur l’illustration ?
C’est une approche originale qui garantit une signature graphique unique et la possibilité d’un petit grain de folie. En outre, l’illustration facilite la déclinaison thématique sans rompre l’unité. La fresque #1 a été consacrée à la rade, la fresque #2 au monde, la fresque #3 au parking en lui-même et la fresque #4 aux services PARKGEST.

Comment avez-vous perçu le style décalé et humoristique de Yoren ?
Les inclusions d’éléments anecdotiques empruntés au cinéma ont ajouté une touche facétieuse à un travail de grande qualité. L’inattendu fait partie intégrante du talent de Yoren ; il serait amusant de faire un concours-quiz sur les petits clins d’œil cinématographiques de nos fresques. Nous y travaillons.

 

Yoren Geromin

Pourquoi avoir fait ce choix stylistique ?
Nous voulions donner vie aux divers éléments signalétiques et contextuels du parking. J’ai opté pour le médium de l’illustration, qui permet d’interpréter tous les sujets avec la même cohérence visuelle. J’ai travaillé dans un esprit d’universalité, dans l’idée d’une multitude d’éléments à découvrir au fur et à mesure des lectures. J’ai également privilégié le bleu, conformément à l’identité visuelle de PARKGEST.

Quelles ont été les difficultés à surmonter ?
Il nous fallait une logique graphique non figée, pouvant décliner harmonieusement les thématiques et traiter tous les sujets.

Comment est venue l’idée allusive et humoristique aux véhicules et personnages cinématographiques ?
Elle m’est venue lors de la réalisation de la première fresque. J’ai trouvé sympa de faire des clins d’œil inattendus, empruntés à l’univers cinématographique et évoquant l’automobile et la mobilité.

  1. Arnaud André le 12 mars 2019 Repondre

    Félicitations. Je me réjouis de venir voir ces fresques.
    Cordialement.
    A.Arnaud

Ajouter votre commentaire

Votre commentaire a bien été transmis à l’équipe Parkgest.
   
       
 
   
   
       
 
 
   
       
In-fluence: Le mensuel genevois de la mobilité citadine - © 2019 Parkgest Tandem Advertising