INFRASTRUCTURES  
  18.07.16
 
   
 
ARTICLES POPULAIRES
 
  EDITORIAL  
Thierry d’Autheville
Directeur
 
  ECOLOGIE  
Le parking du Mont-Blanc se met à l’énergie durable !
 
  INNOVATION  
Un bus qui enjambe la circulation dévoilé en Chine
 
 
INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWSLETTER
 
 
       
  Le parking du Mont-Blanc prend l’air…    
       
     
       
 

Grâce à son système de ventilation perfectionné, l’air qui circule dans le parking est constamment filtré et sa teneur en monoxyde de carbone (CO) contrôlée en permanence. Mais comment ce système fonctionne-t-il concrètement ?

La qualité de l’air, un enjeu majeur pour les parkings souterrains
La bonne gestion d’un parking souterrain en centre-ville passe nécessairement par une réflexion sur la qualité de l’air et un investissement dans un système de ventilation performant. Avec sa surface de plus de 40 000 m2, le parking du Mont-Blanc n’échappe pas à la règle : comment s’assurer que son personnel et ses usagers respirent un air sain, malgré sa forte fréquentation et les différentes nuisances liées au rejet des gaz d’échappement ? Un système de ventilation particulièrement efficace a été mis en place !

Un équipement à la hauteur de l’enjeu
Le parking est équipé de quatre ventilateurs amenant l’air extérieur vers l’intérieur. Grâce aux filtres disposés au niveau des entrées d’aération, c’est déjà un air propre qui pénètre dans les systèmes de ventilation du parking. Celui-ci est ensuite injecté dans les gaines d’aération et réparti sur ses quatre niveaux. En parallèle, un ventilateur extracteur permet de renouveler l’air et de le rejeter vers l’extérieur afin d’évacuer les gaz d’échappement. Pour orchestrer ces ventilateurs, un ingénieux système de capteurs centralise les données liées à la toxicité de l’air.

Des capteurs pour analyser l’air
Une centrale de dix capteurs détermine en permanence le taux de toxicité du parking du Mont-Blanc. Elle analyse sa teneur en gaz CO, permettant une utilisation plus efficace des ventilateurs qui fonctionnent à différentes vitesses. En cas d’embouteillage, lorsque le niveau de toxicité atteint un certain seuil, la ventilation passe de la vitesse normale à la vitesse moyenne. La troisième vitesse, dite de « désenfumage », ne se met en marche qu’en cas d’incendie ou de très haute toxicité de l’air. En outre, des sociétés externes interviennent régulièrement pour s’assurer de la conformité du parking aux normes CO.

En s’adaptant à la pollution réelle, ce système de ventilation permet de réaliser des économies d’énergie importantes tout en garantissant un air propre et dégagé de tout danger pour les usagers.

Ajouter votre commentaire

Votre commentaire a bien été transmis à l’équipe Parkgest.
   
       
 
   
   
       
 
 
   
       
In-fluence: Le mensuel genevois de la mobilité citadine - © 2017 Parkgest Design : Tandem Advertising